Le déménagement de Carine.

Author: Cyril  |  Category: Non classé

L’appartement de Carine était situé au 4ème étage sans ascenseur ; c’est un détail pour vous lecteurs, mais qui devient capitale pour le déménageur occasionnel que j’étais devenu pour la circonstance.

L’appartement paraissait impersonnel et sommairement meublé. Encore un détail pour vous, mais qui pour moi…. Je mesurais ainsi la facilité de la tache, sachant qu’avec un peu de chance, le partage du mobilier aura été équitable…

Pressé de connaître la raison de ce déménagement hâtif, une question me BRULAIS les lèvre s :

En aparté avec JM :

- »ALORS ? Qu’est-ce qui c’est passé ???? Racontes… »

« Mariette ! Tu me préviens quand Carine arrive. »

A voix basse :

« Le jour où je suis passé te voir, Carine nous a téléphoné en larmes. Elle s’était violemment disputée

avec Jérémy, pour une histoire de vêtements non repassés… »

- »Ah bon ? Et ils se séparent pour çà ? »

« Attends la suite. Ils n’en sont pas à leur première altercation… Un coup c’est la vaisselle pas faite ; un coup le ménage…; un coup le désordre… Bref ! Ce soir là, elle nous appelle pour nous annoncer qu’elle était à bout et qu’elle envisageait une séparation… »

- »Si vite ??? »

« MAIS ATTENDS nom de dieu. Qu’est-ce que tu peux être pressé ».

Mariette l’interpelle :

« Carine arrive ! ».

JM change de conversation reprend à parler normalement :

« …. oui, je te disais donc qu’on allait commencer par vider la cuisine ; en premier, on va descendre le réfrigérateur et la machine à laver ».

Ooops çà commence fort.

Jouant la surprise :

« Ah Carine tu es là. Tu vas aider ta mère à débarrasser la vaisselle des placards et les mettre en carton. »

Il n’y avait pas grand chose à déménager, sauf que rien n’avait été mis en carton.

Tout en descendant le réfrigérateur, JM repris où il avait laissé son histoire :

« On a tenté de la calmer ; de lui dire que ce sont les aléas de la vie à deux ; qu’il fallait qu’ils prennent leurs marques….Que çà aller s’arrangeait… »

Entre deux étages :

« Une minute ffffouuuu, on fait une pause fffffouuuu,  je reprends mon souffle… Ffffffouuuuu… Donc, impossible de la raisonner… Plus on essayait de temporiser, et plus elle voulait quitter Jérémy… Tu sais, elle est testarde la petite… Une fois raccroché, elle est venue à la maison pour passer la nuit. Du coup, nous on a passé une nuit blanche… »

« Aller, on reprend. Tu es prêt ? Trois, quatre ».

Tout en descendant les deux derniers étages, JM continua :

« Le lendemain, elle a demandé à Jérémy de la rejoindre à l’appartement pour se partager les meubles. Elle a eu l’intuition de faire venir sa cousine comme témoin… Jérémy est arrivé avec un copain. La discussion a commencé entre lui et Carine et très vite, çà a dégénéré en dispute. Il lui a retourné une gifle du revers de la main. Carine s’est mise a hurler et pour la faire taire, il lui a passé les mains autour du cou… »

JM soufflait comme un boeuf ; et moi comme un veau.

« Qu’est-ce qu’il est lourd le con. Cà va toi ? »

- »Oui, c’est bon… On continue jusqu’au camion. »

JM poursuivit :

« Heureusement que sa cousine était là, qui a commencé a crier. Le copain de Jérémy a voulu la faire taire aussi, la retenir mais elle a eu le dessus, et elle s’est précipitée dans la cage d’escalier en hurlant.

Prit de panique par ces hurlements, Jérémy a lâché prise et s’est enfuit avec son copain. Et depuis plus de nouvelles. »

- »Mais quelle histoire….Et….. Vous avez essayé de le recontacter ? »

« Tu penses qu’on a essayé. Mais on tombe à chaque fois sur sa messagerie »

- »Il ne sait pas que Carine déménage aujourd’hui ? »

« Non. Mais ce sont les gendarmes qui nous ont conseillé de déménager au plus vite. »

- »Les gendarmes ? »

« Carine après cet épisode, à eu le réflexe de se rendre à la gendarmerie, pour porter plainte »

Eh bien ! Elle ne perd pas le nord la bécasse.

- »Ta fille n’a pas l’air si traumatisée ».

« AH SI qu’elle est… « 

Que les parents sont parfois crédules devant leur « merveille ». La « traumatisée » était d’humeur badine ; en plus, je m’aperçus très vite que la « petite », était une grande feignasse. Je pensais au calvaire qu’avait du endurer ce pauvre Jérémy…

- »Au fait, c’est qui ce copain ? »

« Ah Antony ? C’est un copain que Carine a rencontré sur le net il y a quelques semaines. Ils ne sont que copains ; lui espére d’avantage mais Carine a mis les chose au point. »

- »Elle faisait des rencontres sur le net alors qu’elle était avec Jérémy ???? »

« Oui, mais qu’amicales, les rencontres ».

Ironique :

- »Tu fais bien de me le préciser… ».

« Oh! Que tu as les idées bien mal placées ».

- »Mais non, mon JM ! Pourquoi dis tu çà ? C’est comme toi et moi : on ne cherche que des rencontres amicales… »

Carine, à l’avenir changera autant d’orientations professionnelles que de petits copains. Elle se reprendra un autre plat de la main par une de ses futures liaisons. Comme quoi !!! A cette occasion, elle ne portera pas plainte. Une fois suffit.

En deux rencontres, excepté l’avarice la péronnelle me montrera un échantillon, de chacun des 7 pêchers…

Le déménagement se fit en 3 heures. Mariette ne m’avait posé aucune question sur ma vie. J’étais presque soulag é, quand au moment de nous dire au revoir elle lança :

« Vous conviendrez d’un jour avec JM, pour venir manger à la maison avec… Votre amie ».

Sophie jouera le jeu… Nous reverrons souvent Mariette et JM ; des invitations chez les uns, et chez les autres ; des week-ends à la montagne ; nous partirons même en voyage ensemble. Mariette ne nous posera guère plus de questions, sur la relation que nous entretenions Sophie et moi. Et je comprendrais plus tard pourquoi une telle discrétion sur notre vie privée.

Quant à JM au moment de partir, il me glissa à l’oreille :

« Je t’appelle tout à l’heure, j’ai quelque chose à te demander… »

Je pris la route pour rejoindre la presqu’île de Giens, afin d’embarquer pour Porquerolles.

Sur la route, mon téléphone se mit à sonner : c’était JM… Que me voulait-il ?

Leave a Reply