« L’exquis Daniel.

Author: Cyril  |  Category: Non classé

Il tint absolument à me présenter Daniel. Je pense que JM voulait me faire partager son bonheur secret… Avec qui d’autre aurait-il pu le partager d’ailleurs…?

JM pris le prétexte, de vouloir acheter une console dans la boutique située en bas de chez moi, pour me présenter Daniel ; çà serait là une occasion, non formelle et « spontanée ». Du moins c’est ce que JM voulait faire croire à Daniel.

14h30 coup de téléphone.

« Salut Cyril, c’est JM.

- »Oh, salut JM comment vas ? « 

« Cà va ! Et toi ? »

- »Bien aussi, merci ! Qu’est ce qui t’emmène ? »

« Je suis garé en bas de chez toi. On va faire un tour avec Daniel dans la boutique de déco. Tu nous rejoins ? »

- »Ok, j’arrive. A tout de suite ».

Une fois le téléphone raccroché, je pris juste le temps de fermer par un tour de clef ma porte d’entrée, et de descendre prestement les quatre étages.

Je me retrouvai en 2 minutes devant l’entrée du magasin.

Je pénétrai dans la boutique, en arborrant mon plus beau sourire. Une façon de montrer que j’étais sous les meilleures dispositions pour que cette rencontre avec l’élu, soit la plus cordiale possible.

Je rejoignis dans le fond du magasin les deux acolytes qui se tenaient de dos ; occupés à déambuler nonchalamment entre les meubles et objets exposés.

Arrivé à leur hauteur je lançai :

- »WAOUW Salut beau gosse ! » JM se retourna.

- »Sapé le mec !… » Il portait un costume écru en lin. Cette couleur clair faisait ressortir son teint halé qui lui donnait la bonne mine des gens épanouis. Je dois bien avouer que ce qu’on nomme l’amour vous rend radieux et JM l’était.

- »Salut Cyril !(Bises de circonstance). Ah tu trouves ? Cà change hein ? ».

- »Très élégant ! Cà te va super bien… »

Daniel s’était entre temps retourné et attendait d’être présenté.

« Daniel, je te présente Cyril ; Cyril – Daniel »

Il y a des personnes avec qui spontanément je veux mettre une distance. Je crois que l’intention était partagée.

Il me tendit en cassant le poignet, une m ain molle. Il me regarda à peine dans les yeux, un sourire à peine exquissé pour me dire :

« Daniel »…

- »Oui, je sais ». répondis-je sèchement. Mon sourire n’était plus celui d’une hôtesse d’accueil.

Je crois qu’il a senti tout de suite en lui serrant la main, lui déboîtant presque l’épaule au passage que nous ne serions jamais amis.

Les présentations faites, Daniel repris aussitôt l’exploration des lieux.

- »Alors qu’est-ce que tu me racontes mon JM ? »

« Oh ! Pas grand chose la routine ».

JM se retourna pour vérifier si Daniel se trouvait suffisamment à bonne distance pour me demandait avec l’empressement d’un enfant, et d’une voix basse contenue :

« ALORS ? Il n’est pas trop sympa ???? » Plein d’étoiles dans les yeux.

- »Tu sais, ce n’est pas avec ce qu’on s’est dit que… »

« Mais non, physiquement il n’est pas trop canonnnnnn ?…. »

- »C’est pas du tout ma tasse de thé. Mais si toi tu le trouve sexe c’est ce qui compte non ? ».

Un peu déçu par ma réponse JM poursuivit.

« On revient de « L’abri » où Daniel m’a invité pour déjeuner, et après on part chez lui faire un petit câlin ».

L’abri est un restaurant situé dans les calanques de Callelongues ; c’est un endroit connu et trop « m’as tu vu » à mon goût pour y avoir une fois dîné. Décidément, Daniel n’aurait pu faire meilleur choix tant le lieu collait à sa personnalité.

JM me proposa :

« Mais avant tu viens avec nous, prendre un petit café à côté ? ».

- »C’est gentil mon JM, mais je dois passer à la banque avant la fermeture et le temps de me préparer… Je suis déjà à la bourre, tu sais… ». Je me demande si JM avait cru à mon excuse, mais il n’insista pas.

Comment dire à JM, que le physique et l’allure de Daniel p assaient encore… De là, à le trouver canon…. Mais c’est surtout dans l’expression, l’attitude que je trouvais le personnage abject.

Cà m’est arrivé  seulement deux fois dans ma vie, de ressentir en une fraction de seconde la plus grande animosité envers quelqu’un. C’est quelque chose que je n’ai jamais pu m’expliquer.

Un détail que je n’aime pas chez mes semblables, ce sont les lunettes de soleil posées sur la tête. A son poignet une gourmette en or. Ce simple accessoire accentuait chez lui un côté pédant qu’il ne pouvait dissimuler. Je n’avais jamais rencontré un individu qui dégageait autant de suffisance, de mépris d’autrui ; c’est simple c’est le genre de personne qui m’inspire le dégoût.

Il est un lieu commun d’avancer que les opposés s’attirent, mais en l’occurence j’étais en face de l’eau et du feu. Il était aux antipodes de ce qu’était JM.

Physiquement ? Evidemment chacun ses critères de beauté. Mais je crois que JM voyait son Daniel avec l’av euglement de l’amour. Un type pas très grand, des cheveux brun très courts encadraient un visage rond, des yeux marrons presque exophtalmiques qui lui donnaient un regard bovin ; des sourcils épais, un petit nez, des lèvres lippues et mollassonnes…. Tant qu’à la silhouette, celle d’un culto grassouillet, aux vêtements étriqués.

JM appela Daniel qui nous rejoignit.

« Cyril, n’a pas le temps de boire un café avec nous ».

Je tendit la main à Daniel et lui dit simplement au revoir. J’embrassai JM et on convint de s’appeler dans la semaine.

En remontant chez moi, j’étais toujours sur le coup de l’étonnement. Qu’est- ce-que JM trouvait à ce type ?

Certes JM était comme jamais je ne l’avais vu auparavant ; il exultait de bonheur.

A moi aussi il m’est arrivé pareille aventure. D’y croire ; d’avoir pendant quelque temps senti avoir des ailes me pousser dans le dos. Puis comme un soufflet raté, une fois ce moment d’extase passé, me dire :

« Mais qu’est-ce que j’ai bien pu trouver à ce type… ». Et passer à autre chose.

Là, c’était bien différent ; pour JM une première aventure amoureuse. Il n’avait jamais connu aussi forte émotion.

J’étais sincèrement heureux pour lui. Je repensais alors à une citation de Proust qui disait :

« Ce qu’il y a d’admirable dans le bonheur des autres, c’est qu’on y croit. »

Seulement je crus que ce bonheur là risquait de ne pas durer ; et plus dure serait la chute…

Quelque chose me disait qu’il était  prêt à faire des choix radicaux dans sa vie… Et l’avenir me confirmera cette orientation…

Leave a Reply