Dina la toquée.

Author: Cyril  |  Category: Non classé

Comme un rituel, avant de nous rejoindre elle passait derrière le comptoir prendre son paquet de Silk Cut.

Une fois assise à notre table, Dina sortait du paquet une cigarette qu’elle allumait.

Elle étendait alors ses longues jambes sous la table, inclinait la nuque en arrière, ramenait la cigarette à ses lèvres, et elle tirait une longue bouffée, tout en fermant les yeux.

Cet intermède durait peut-être dix ou quinze secondes, mais quand elle revenait à nous, et rouvrait les yeux, Dina avait sur le visage une expression d’extase. Bien que les hommes soit devenus pour moi mon terrain de jeux, c’est à ce moment là que je fus charmé par Dina.

« Mmmmmm ! Que çà fait du bien ! »

« Alors les garçons comment allez-vous ? »

« Bien ! Et toi ? »

Très excitée : « Oh… La routine excepté que ma fille me rend chèvre. »

« Certainement comme la mienne » répondit JM.

 » Tu crois ? Je suis sur les nerfs. J’ai pris un demi lexo ce matin pour me calmer. Elle me rend dingue cette petite garce. Elle est rentrée cette nuit à trois heures du mat. Sèche les cours. Pique du fric dans mon sac, mes cigarettes… Fume les joints que je nous réserve quand on sort en after le week-end.  Sans vous parler du reste… »

Je pensais : « Non Dina ; pas le reste tu commences à me faire peur. »

Tant qu’ à JM : interdit, il me regardait avec des yeux aussi ronds que des boules de billards.

« Ah mais « Tu as une fille aussi ? » s’exclama Dina

« Euh ! Oui, j’ai… ». Jm avait l’air ahuri.

« Mon pauvre…  Je compatis. »

En comparason la fille de JM aurait pu passer pour une oie blanche.

Dina reprend : « En plus ce n’est pas le moment, je suis MORTE. Diane et moi avons fait la fiesta tout le week-end. »

Pour une morte elle avait une sacrée énergie. Certainement les ecstas du week-end passé faisaient ils encore leurs effets.

Dina s’étendait sur les dificultés d’être une mére célibataire.

 » Blablabla ,blabla, blablabla…. « 

Elle acheva son discours par :

« Heureusement pour compenser il y a les plaisirs de la vie: une bonne bouffe, la fête, des p’tits joints, et une bonne baise… Je suis très libre, très ouverte… d’esprit. Pas vous les garçons ?

Je répondis par un sourire entendu pour me donner bonne figure.

Tant qu’à JM, il avait l’air coincé. Il bredouilla un : « Je ne sais pas, je suis marié… »

Dina avait flairé son malaise et lui dit :

« Aller, JM ne me la fait pas ! Une bonne bite ou une bonne chatte, non ? »…

Mal à son aise et surtout peur d’être découvert JM dit :

« Oui, peut-être. Tous les goûts sont dans la nature ».

« Et toi ? » me demanda Dina.

Je fermai la conversation et lui répondis :

« Tu es une vraie épicurienne Dina »

« Oui, c’est çà. C’est ce que je me dis tous les jours »

Fin de la conversation. Fin de mon émoi pour Dina.

Au cours de nos déjeuners Dina s’était présentée comme la mére d’une adolescente de 16 ans. Le père ? Ou devrais-je dire le « géniteur », était absent ; car Dina en amazone accomplie, n’avait gardé aucun lien avec lui, si c’est celui auquel elle pensait. En plus d’être mère célibataire, Dina était une battante : elle avait monté avec son associé ce restaurant, ainsi que l’autre près du port.

Puis un jour elle nous dit, qu’elle en avait assez de Marseille. Qu’elle allait tout vendre. Partir pour Milan et ouvrir un concept restaurant, boutique, dance-floor…

La fois suivante, Dina n’était plus là.

J’appris par « son associé » que la Dina s’appelait en fait Corinne. Que la dite associée avait été mise à la porte en tant que serveuse.

Oui elle était bien une mére célibataire, oui elle faisait trop la fête, oui elle était un brin mytho. et oui elle était complètement déjantée.

J’avais quelque temps sublimé la belle italienne que j’avais pris pour une Ferrari.

C’était en fait, une vulgaire Seat Toledo au kilométrage incertain, dont plus personne ne voulait une fois essayée.

Peu de temps après, le restaurant fut vendu et marqua la fin de nos dejeuneurs chez « DINA LA LOOKEE ».

A l’occasion de notre dernier repas chez « DINA LA LOOKEE », les nouveaux acquéreurs nous dirent que l’ancien propriétaire s’était exilé à Milan pour vraiment ouvrir le dit concept-restaurant.

Je n’ai jamais recroisé Corine allias Dina.

Quant à JM et moi nous sommes partis prendre nos repas dans un restaurant du cours Julien sur les conseils de mon ami Did.

Leave a Reply