Dina la lookée.

Author: Cyril  |  Category: Non classé

Ahhhhhhhhhh !!!!! Dina ! Dina ! Dina !

« DINA LA LOOKEE » est un restaurant de spécialités italiennes.

L’endroit se trouve au croisement de deux rues piétonnes dans le centre de Marseille. Un endroit stratégique pour le prédateur qu’est JM.

Derrière une terrasse de taille honorable, surplombent deux vitrines ; de parts et d’autres deux portes vitrées par lesquelles vous accédez en montant deux marches.

Le restaurant est en fait la réunion de deux salles d’une cinquantaine de mètres carrés chacune. Deux ouvertures ont été crées dans le mur porteur qui les séparait (certainement une coïncidence, mais tout marche par deux ou presque chez Dina).

Vous entrez dans un endroit lumineux aux murs couleur coquille d’oeuf ; accrochés aux murs quelques grands tableaux figuratifs de couleurs à dominante bleue ou rouge. Le plafond est très haut (Dina en profitera pour y construire quelques mois plus tard une mezzanine).

Au fond du restaurant, sont installés d’un côté un linéaire de vitrines réfrigérées pour la vente à emporter, et les desserts ; et de l’autre un comptoir avec en bout la caisse. Et derrière le mur les cuisines.

Dans la salle, des tables bistrots  très rapprochées les unes des autres.

Pour s’asseoir, des chaises à l’assise en plexiglas de différentes couleurs acidulées.

L’endroit est pour l’époque plutôt branché avec une clientèle hétérogène. Conditions réunies pour satisfaire JM.

Bref, nous entrons et une file d’attente composée d’une bonne dizaine de clients devant nous est formée. Nous bavardons de choses et d’autres quand je suis interloqué par une voix « féminine » de stentor :

« Chaud devant ! »

Médusé, je survole la salle afin de repérer cette amazone.

Mon regard se posa sur une grande fille énergique qui servait 3 assiettes ; mince, bien faite, plutôt athlétique, brune aux cheveux courts, habillée d’un jean, un gilet en coton beige à fines rayures blanches sur un chemisier écru à l’échancrure généreuse.

Lorsqu’elle se retourna pour se diriger d’un pas décidé en cuisine, je vis un visage souriant à la peau halée ; une bouche pulpeuse, des dents blanches et régulières ; un nez acquillin, des yeux et sourcils noirs.

Une belle italienne, sans artifice, à la petite quarantaine.

Quand se fut notre tour c’est Dina qui nous installa en terrasse à la demande expresse de JM.

Nous commanderons des lasagnes (délicieux). Accompagnés de 3 feuilles de salade que la bonne conscience de JM appréciera. J M et ses certitudes : « C’est bon pour la digestion ».

Pas de : « C’est pas bon pour le régime » pour le tiramisu qui finira le repas.

JM et ses régimes à base de substituts de repas : Slimrapido.

Capable de déjeuner d’un sachet de Slimrapido, et qui à l’heure du goûter ingurgitera un sachet XXXL de boules coco et d’une boîte des fameux oursons Hariba… Juste pour préciser la taille du conditionnement : JM se sert chez Metra (grossiste alimentaire).

Le café finit, Dina nous offrira un verre de Grappa (en observant les tables voisines, nous constatons que nous sommes les seuls à profiter de cette délicate et peut-être commerciale attention…???).

Pour régler chez Dina, il faut se diriger vers le comptoir où repose la caisse enregistreuse et le terminal des cartes-bleues.

Pendant que je composais mon code secret, Dina nous demanda si nous étions satisfaits. Nous répondîmes par un oui enthousiaste…. Et Dina à l’oeillade engageante et le sourire avenant nous dit :

« En espérant vous revoir très bientôt les garçons ».

Oui, nous y reviendrons régulièrement chez Dina au point que très vite, à chaque fin de repas, elle s’assiéra à nos côtés pour s’épancher sur les aléas de sa vie…

Leave a Reply