Parenthèse

Author: Cyril  |  Category: Non classé

L’article qui suit n’a rien avoir avec le léger « plusgayquebi ». Il n’est qu’une parenthèse avant de reprendre les aventures de J.M.

Pourquoi revenir aujourd’hui ?

Tout d’abord un grand merci à Virginie qui ne m’a jamais oublié.

Ce matin j’ouvre ma boîte mail et je vois un message de 14 141 qui m’envoit un petit post : « Ben c’est vrai alors la suite??? ». (Plus de deux ans sans revenir alimenter « plus gayquebi »). Mon réflexe est d’aller voir le blog de Daïdou. Je suis interpellé après avoir lu ses deux derniers posts, ainsi que les commentaires laissés par ses lecteurs. Ils me renvoient à ma propre et chaotique vie amoureuse. Je décide alors de laisser un commentaire et me ravise pour écrire cet article. Il explique en partie, les raisons pour lesquelles j’ai arrêté du jour au lendemain en mars 2010, de narrer les aventures de JM .

Dans les aventures de J.M, je n’ai rien ou peu dévoilé de ma vie sentimentale. A l’époque d’écrire « plusgayquebi », je partageais la vie de Pierre ; un beau quinqua, veuf, et divorcé deux fois que ses connaissances qualifient d’homme à femme. Deux grands enfants, et trois petits enfants. Ma rencontre avec Pierre s’est faite 4 ans auparavant. Il s’est découvert une attirance pour les hommes que quelques mois avant notre rencontre. Ce fut une de mes plus belle rencontre. On ne s’est plus quitté ou presque dès le premier jour de notre rencontre. Discret au début par rapport à sa famille, il me la présenta très vite. Je passais (mais personne à mon avis n’était dupe) pour un très bon ami qui l’avait sauvé du désarroi suite à son dernier divorce. J’étais convié à tous les événements et fêtes familiales… Je considère ses petits-enfants que j’ai connu très jeunes comme un peu les enfants que je n’ai jamais eu. Par contre il fera tout pour ne jamais rencontrer ma famille.

Nous avions gardé nos domiciles respectifs (détail qui a son importance) ; nous nous retrouvions chez lui car Pierre est richissime et ma maison bien que confortable ne rivalisait pas avec sa maison de type « californienne » de 450 m2 et ses autres maisons et appartements (St-Tropez, Lubéron, Floride…).

Il est important que vous sachiez qu’à partir du moment ou je suis bien avec quelqu’un j’accorde une confiance aveugle en l’autre. Je ne suis pas jaloux pour un sou. La jalousie est pour moi un sentiment qui est le reflet de ce qu’on est capable de faire et qu’on suppose que l’autre fait ; en partant de ce constat le jaloux se dit si je peux tromper mon partenaire, lui aussi peut me tromper ou pire me trompe.Et pierre était de nature plutôt jalouse. Je trouvais çà plutôt amusant… Un soir de mars 2010 où j’étais chez Pierre, celui-ci me demande de consulter ses mails pour rechercher un message qui nous était destiné. (nous avions les codes secrets pour accéder à nos boîtes mails respectives mais je n’ai jamais regarder les mails de Pierre sans sa présence. En parcourant, sa boîte j’ouvre par hasard un mail dont le prénom Nina en en-tête revenait très souvent… A la lecture j’en suis resté comme pétrifié. Cette Nina parlait dans les grandes lignes de leur couple bien qu’il venait de se rencontrer mais c’était pour elle une évidence, qu’elle n’avait jamais éprouvait « çà » auparavant… Qu’elle était très amoureuse… Qu’ils étaient sur la même longueur d’ondes et qu’elle lui demandait de partir en amoureux le week-end qui arrivait… En réponse Pierre, modérait les propos de Nina et en ultime réponse lui disait que pour des raisons qui lui étaient personnelles il désirait stopper leur relation…

Puis, je revins à la page des mails et je vis d’autres prénoms féminins…

J’ai refermé le boîte mail et j’ai eu le tord de ne rien dire à Pierre. J’étais mal. Déboussolé au point que Pierre me demanda ce que j’avais. Je prétextai être patraque… Les jours on suivi et me suis dit que Pierre était bisexuel  et qu’il avait des besoins sexuels avec la gent féminine. Des besoins  que je ne pouvais évidemment pas comblés puisque je n’ai pas les atouts d’une femme. Après tout si ce n’était que des rapports sexuels protégés… Mais bon, en ce qui me concerne je ne l’ai jamais trompé. Bien que j’ai eu maintes occasions de le faire. Bref, nous sommes partis en vacance et au retour je surpris la fin d’une conversation entre Pierre et une supposée interlocutrice. D’une voix langoureuse il disait :

“Je t’embrasse… » Silence… « Moi aussi ». Pierre raccroche et me voit. Il était très embarrassé et le visage rouge cramoisi. Je ne fis comme si je n’avais rien entendu.

Quelques jours passe encore. Pierre fait un malaise cardiaque sans gravité en semaine. Le week-end arrive et je reste chez moi pour accueillir ma famille. Je l’appelle le dimanche en fin d’après-midi pour avoir  de ses nouvelles. Il va bien et prétexte que son frère passe dîner chez lui. Il me demande de l’appeler le lendemain matin pour le réveiller… Le lundi matin j’essaie en vain de l’appeler à plusieurs reprises… Sans réponse. Inquiet je laisse mon boulot et me dirige à tombeau ouvert chez lui craignant qu’il ait fait une autre malaise cardiaque. Sur le chemin j’appelle son fils pour lui faire part de mon inquiétude. Celui-ci croit me rassurer et me dit que je n’avais rien à craindre car il avait eu son père au téléphone et qu’il avait passé la soirée avec une certaine Corinne… Je raccroche et me suis arrêté sur le bas côté de la route, glacé, comme vidé de mon sang… Je repris mes esprits et je déboulais chez lui ; j’étais empli d’un mélange confus de colère, d’un sentiment de trahison et de déception. Je le trouvais seul sous la douche et quand il me vit, il devint blanc comme un linge et avant que je ne dise quoique que se soit, se confond en un  mélange d’explications et d’excuses… Cinglant, je lui dit de se sécher et de me rejoindre en cuisine… Je lui ai simplement demandé depuis combien de temps çà durait ? Si c’était la première ? Sans se démonter il me répondit que c’était la première fois, que ce n’était pas sérieux… Sur ce je lui déballais ma découverte des mails… Pris en plein flag il m’avoua qu’effectivement il y en a eu beaucoup d’autres mais qu’il ne me trompait pas puisque les relations n’était qu’avec des femmes… Je me suis levé et suis parti avant de lui dire que je le rappellerai dans la journée… Je me suis précipité chez mon médecin, pour demander de me prescrire un test VIH, syphillis et hépatite. Comme pour me laver de cette fin d’histoire  boueuse. En exposant les raisons de ma demande j’en profitais pour faire mon coming-out. Je revis Pierre le soir. Il m’avoua éprouver un besoin incontrôlable de rencontrer des femmes et ce plus le temps passait et plus le besoin était grandissant… Il eut la franchise de m’avouer ne pas toujours prendre des précautions lors de l’acte sexuel… J’étais dégoûté et le trouvais CRIMINEL.

Dans l’histoire la seule bonne nouvelle était que les résultats de ma prise de sang étaient  négatifs.

Je passe sur le reste de mon histoire avec Pierre qui est aujourd’hui devenu un ami proche. Qu’il continu de fréquenter Corinne les week-ends, les vacances, et comme je les appelle les soirées de « gala ». Comme il dit : « Elle me sert d’alibi… ». Ce qui ne l’empêche d’avoir d’autres relations « extra » Corinne… Et en vrac : qu’il est bien conscient de sa dépendance ; que je reste la plus belle de toutes ses relations ; qu’il aimerait qu’un jour nous redevenions comme il dit un tout : ami, amant, comme un frère… Ce à quoi je lui réponds par la négative. Je lui demande s’il est heureux dans sa vie ? Il me répond que ce mot ne fait plus parti de son vocabulaire. Je lui conseille d’aller consulter un psy comme je l’ai fait, et que peut-être çà l’aiderait comme çà ma aider à trouver des réponses à mon état dans je lequel je m’étais retrouvé après tous ces tumultes sentimentaux. Il est sous un certain angle addict au sexe, aux rencontres, à la séduction. Pour multiples raisons. Cà le rassure de pouvoir encore plaire ; d’un point de vue social comme il a une profession très « en vue », çà l’arrange d’avoir une réputation de Casanova. Et prendre des risques en ne prenant pas toujours de précautions ? Jouer à la roulette russes avec sa vie…  Mais faire prendre des risques à ses partenaires « officiels » ? Là je ne m’explique pas. C’est pour cette raison que j’ai rompu toutes relations sexuelles et amoureuse avec lui. J’ai mis du temps à me remettre de cette histoire. Malgré tout ce qui c’est passé il reste et restera une des personnes les plus importantes qui a traversé ma vie.

Et puis comme les mauvaises nouvelles n’arrivent jamais seules, j’apprenais cette année là que mon père développait  la maladie d’Alzheimer et que  ma mère était atteinte d’un cancer de l’estomac…

Toutes ces raisons m’ont empêché d’écrire quelques lignes pour alimenter « plusgayquebi ». J’ai souvent essayé mais je n’en avais ni le coeur ni l’envie. Les quelques rares fois où j’ai tenté de le faire le résultat était triste et insipide.

Cette histoire m’a bien abîmée comme  un vulgaire morceau de tôle froissée. Je vais beaucoup mieux aujourd’hui au point de reprendre  les aventures de J.M que je fréquente toujours, mais avec beaucoup moins de régularité. Il faut dire que le bougre s’est assagi et mon filon d’anecdotes s’est un peu tari…

A très vite.